Qu’est ce que l’assurance décennale dans la construction ? Juil07

Qu’est ce que l’assurance décennale dans la construction ?...

A l’heure actuelle, les règles dans le domaine de la construction obligent les professionnels du bâtiment à souscrire un contrat d’assurance de responsabilité civile décennale. Que couvre cette assurance et pourquoi est-elle obligatoire et indispensable ? Qui doit contracter une assurance décennale ? L’assurance décennale protège l’acquéreur d’un bien bâti pendant une période de 10 ans suivant la remise des clés et la fin des travaux pour tout ce qui concerne l’intégrité structurelle et l’équipement de la construction. Tous les prestataires qui interviennent dans le processus de la construction du bâtiment doivent présenter, avant tous débuts de travaux, une attestation d’assurance décennale. Il s’agit de l’ensemble des entreprises qui vont intervenir à un moment ou un autre de la construction de la maison, de l’immeuble ou du local professionnel. Sont donc concernés par l’assurance décennale les entreprises d’études et de conseils (maîtres d’œeuvre, cabinets d’architecture…), mais aussi les intervenants pour le gros œuvre et le second œuvre de tous corps d’états (charpentier, maçon, couvreurs, plombiers ou peintres). L’obligation de souscrire à une assurance décennale est de mise aussi bien pour une construction neuve que pour des rénovations sur de l’existant. Que couvre une responsabilité décennale ? Une garantie décennale peut être mise en cause par le maître d’ouvrage qui réceptionne son bâtiment ou son habitation en cas de défauts ou de vices qui sont susceptibles de mettre en cause l’intégrité et la solidité de l’ensemble ayant pour conséquence de rendre impossible la jouissance du bien. Ainsi, l’assurance décennale va couvrir des défauts de conformité sur les travaux de maçonnerie, sur la toiture ou les éléments de la menuiserie mais également sur les ouvertures, les équipements sanitaires, l’isolation ou le système de traitement de l’air. Tous professionnels du bâtiment se doit de se conformer à...

Faire parler les chiffres avec un expert-comptable ! Juin05

Faire parler les chiffres avec un expert-comptable !...

Dans un monde de l’entreprise en perpétuelle évolution, les experts comptables sont plus que jamais indispensables. Tenue comptable, conseils, nous vous en disons plus sur ce métier jugé sur le déclin, mais ô combien important surtout en période de crise économique. Un rôle de pilote de la trésorerie Tenu en premier lieu de devoir de gérer et contrôler les comptes des sociétés, l’expert-comptable à Saint-Etienne ou autres villes, a vu ses attributions évoluées au gré des mutations économiques. À partir d’une connaissance pointue des techniques de gestion, il informe les dirigeants de la santé financière de leur structure. Ses conseils, de plus en plus prisés, sont des informations de premier ordre dans les processus de décision des politiques d’entreprises. Véritable pilote de la trésorerie, son rôle est d’autant plus important que la société traverse une crise économique. En cas de négligence, sa responsabilité peut être invoquée de par son statut d’expert. L’innovation est devenue une nécessité ces dernières années. Les experts-comptables se sont vus contraints de devoir innover afin d’accompagner leurs clients. Big Data, logiciels spécialisés, transition numérique, le métier se voit devenir plus créateur qu’autrefois. Un statut spécial pour une clientèle variée La notion d’indépendance fait foi et à ce titre les experts-comptables sont tenus de ne pas être salariés pour les sociétés qu’ils conseillent. Ils opèrent donc en tant que libéraux et doivent être enregistrés au sein du registre national de l’ordre des experts-comptables. Cet organisme est lui-même placé sous la tutelle du ministère des Finances. En pratique, tout organisme peut sous-traiter sa comptabilité à un expert. À ce titre, nous entendons aussi bien les sociétés à but lucratif ou non lucratif, les organismes privés ou civils. En revanche, les sociétés souhaitant déléguer leur comptabilité sont obligées de passer par un seul...

Pourquoi et comment dissoudre puis liquider une SASU ?...

Les cas de liquidation SASU La dissolution et la liquidation d’une SASU peuvent avoir lieu dans plusieurs cas : Les statuts peuvent prévoir la dissolution de la SASU une fois l’objet social réalisé ou éteint.L’associé unique peut faire le choix de dissoudre la société.Si la société n’a pas les ressources nécessaires pour réaliser l’objet social, une décision de justice peut imposer le dépôt de bilan d’une SASU, on parle de liquidation judiciaire. Quelle que soit la raison de la démarche, il y a un certain nombre de procédures à suivre. La procédure de liquidation SASU Première étape : la dissolution. Un dossier de dissolution doit être transmis au CFE (centre de formalités des entreprises) ou au greffe du Tribunal de Commerce. Le gérant devra signer le procès-verbal qui sera ensuite transmis au SIE (service des impôts des entreprises). L’avis de dissolution doit ensuite être publié dans le journal d’annonces légales.Deuxième étape : la liquidation. Un liquidateur est nommé pour un mandat de trois ans maximum, il est le seul à pouvoir prendre des décisions et à agir au nom de la société. Il a pour but de clôturer les comptes, de réaliser l’actif et d’apurer le passif. Durant toute la procédure de liquidation, l’associé unique doit être convoqué au moins une fois par an.Troisième étape : clôture de la liquidation. Le liquidateur rend un rapport, devant être approuvé par l’associé unique, dans lequel il mentionne la liquidation avec le boni ou le mali. Le gérant doit constater la clôture et décider du traitement du boni ou du mali. Le boni sera imposé en tant que dividende. Le dossier complet doit être envoyé au Tribunal de Commerce et le procès-verbal aux impôts.Quatrième étape : finalisation. Le Tribunal de Commerce adresse un nouveau Kbis attestant la...

Pourquoi et comment mettre en place une transition énergétique pour votre entreprise ?...

En France, la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TEPCV) a défini les objectifs de l’État concernant l’instauration d’un modèle énergétique durable. La transition énergétique consiste à délaisser le modèle de système énergétique actuel au profit d’un nouveau modèle qui mise sur les énergies renouvelables. Il s’agit également de réduire les consommations d’énergie fossiles au sein des activités logistiques, industrielles… Une démarche positive et concrète qui concerne toutes les entreprises ! Les principaux enjeux de la transition énergétique La mise en place de la transition énergétique doit permettre à la France d’atteindre des objectifs précis : Diminuer de 50 % la consommation globale d’énergie d’ici 2050 Diminuer de 40 % les émissions de gaz à effet de serre en 2030 Diminuer de 50 % les déchets mis en décharge en 2025 Délaisser progressivement l’énergie nucléaire au profit des énergies renouvelables Encourager l’indépendance énergétique L’État multiplie les initiatives pour tenir ses engagements : amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs, développement de l’écoconception, promotion de l’économie circulaire… Comment faciliter la transition énergétique au sein de votre entreprise ? Voici quelques conseils pour que la transition énergétique de votre entreprise soit un succès : Réalisation d’audits énergétiques Mise en place d’un système de management de l’énergie Élaboration d’un contrat de performance énergétique Formation des collaborateurs Confiez dès maintenant votre projet de transition énergétique à une agence spécialisée comme https://www.adfine.fr. Cette dernière vous accompagnera à chaque étape de votre démarche pour vous aider à réduire la consommation énergétique de votre...

La formation des techniciens et ingénieurs en électronique Fév10

La formation des techniciens et ingénieurs en électronique...

L’électronique est présente dans de nombreux gadgets, véhicules, avions, ordinateurs, consoles de jeux et plus encore. Lorsqu’il y a des pannes ou dysfonctionnements, il faut faire appel aux techniciens et ingénieurs en électronique. La technologie et l’électronique évoluent, les électroniciens devraient renforcer leurs compétences à travers les formations suivantes. Le métier et formation des techniciens en électronique Les techniciens en électronique font la réparation des produits électroniques domestiques ou commerciaux tels que les radios, les ordinateurs, les téléviseurs, etc. Ils travaillent avec les ingénieurs pour la conception de composants, systèmes ou produits électroniques. Ces professionnels peuvent travailler dans différents secteurs : aéronautique, transport, télécommunication, etc. Leur formation commence après le bac pour obtenir un BTS systèmes numériques option électronique puis une licence en électronique. Le métier et la formation des ingénieurs en électronique Les ingénieurs en électronique conçoivent et développent des équipements, des composants et systèmes électroniques. Ils travaillent dans des domaines étroitement liés aux matériels informatiques et technologiques, à la télécommunication, à l’aéronautique, etc. Après le bac, il faudrait suivre une formation de 5 ans dans une école spécialisée qui délivre un diplôme d’ingénieur en électronique ou un diplôme de master 3EA (Électronique, Énergie Électrique, Automatique). http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Formation/Formations/Post-bac/Master-electronique-energie-electrique-automatique Compétences et qualités des techniciens et ingénieurs en électronique Ces professionnels devraient se familiariser aux divers outils utilisés pour réparer les composants électroniques. Ils ont d’excellentes compétences en soudure et sont capables d’évaluer des schémas électroniques complexes. Ils doivent être capables de suivre des instructions précises et avoir des capacités en résolution de problèmes. Ce sont des personnes armées de patience et qui accordent une grande attention aux détails. Les ingénieurs en électronique possèdent un esprit créatif et possèdent des compétences en gestion du temps tout en étant capables d’entretenir de bonnes relations de...

Quelles sont les phases d’un cycle de vente BtoB ?...

Le cycle de vente B2B fait référence à une série d’événements, de phases ou d’étapes qui surviennent lorsqu’une entreprise vend un produit ou un service à une autre entreprise. Cet article vous détaillera les étapes du processus de vente BtoB qui devrait être amélioré par les entreprises. Rechercher et se connecter avec les prospects La réalisation de cette étape est devenue plus facile grâce à la disponibilité des informations commerciales en ligne. Quelles sont les entreprises qui ont besoin des produits fabriqués ou du service proposé ? Il s’agit d’une phase de prospection où l’on établit le contact avec les prospects et lors de laquelle on présente une entreprise. Il est conseillé de profiter de ce contact pour prendre des informations sur les besoins, les défis, les difficultés d’un prospect. Renseigner le prospect Grâce aux informations recueillies concernant les besoins, les défis et les difficultés, il sera alors possible d’aider un client potentiel en lui expliquant ce qui pourra lui être bénéfique. Lorsqu’on renseigne un client, il est conseillé d’éviter de parler de ses propres produits ou services. Qualifier le prospect Pour qualifier les prospects, on peut utiliser la méthode BANT (Budget, Authority, Need, Timeline). Budget : le prospect dispose t-il des moyens financier pour acheter un produit ? Authority : qui est le décisionnaire pour cet achat ? Need : L’offre répond-t-elle aux besoins de l’entreprise cible ? Timeline : est-ce qu’il y a un délai spécifique pour la réalisation de cet achat. L’offre proposée est-elle une priorité ? L’achat s’effectuera t-il dans le court, moyen ou le long terme. Grâce à cette méthode, l’on pourra déterminer le prospect le plus à même de conclure la...

Domotiki | Generalia | Free Landz