Sites parodiques : quand l’info s’amuse Juin19

Mots-clés

Vous aimerez aussi

Partage

Sites parodiques : quand l’info s’amuse

Parodiques, ironiques et parfois très critiques, les sites d’information parodiques pullulent sur le web, créant des situations drôles quand les internautes ne savent plus distinguer le vrai du faux. Mais comment expliquer le succès de ces sites à l’humour potache et souvent grinçant ?

Le Gorafi publie des actualités parodiques, drôles et mordantes

Le Gorafi ou l’art de brouiller les pistes

Cela vous est peut-être déjà arrivé. Un ami partage une information étrange sur son mur Facebook : un touriste parisien aurait été abattu à Toulouse pour avoir demandé un pain au chocolat à la boulangerie. Effet immédiat, à la seule vue du titre un grand nombre de personnes (vous en faites peut-être partie) crie au scandale et cherche des responsables… avant de se rendre compte que le site qui relaie l’information n’est ni plus ni moins que le Gorafi.

Le Gorafi est le plus célèbre représentant de cette vague de sites parodiques qui s’amusent de l’actualité en proposant des articles complètement farfelus. Il signe d’ailleurs sous le slogan « Toute l’information selon des sources contradictoires ». Pour la petite histoire, le concept est adapté d’un site américain, the Onion qui jouait déjà à brouiller les pistes entre information et parodie.

Le site se fait remarquer après avoir annoncé qu’après son saut depuis l’espace Felix Baumgartner aurait décidé de traverser Paris en solitaire par le RER B. Et suite à la victoire du FN aux élections européennes, rebelote avec un article où Marine Le Pen remercie « les Français les plus faibles psychologiquement » pour cette victoire. L’idée est relayée sur les réseaux sociaux et les moins patients réagissent au quart de tour, pensant l’information vraie.

D’ailleurs, les internautes ne sont pas les seuls à se laisser prendre au piège : les médias plongent régulièrement dans les pièges tendus comme la presse italienne se faisant l’écho d’un sondage stipulant que 89 % des Français pensent que Clitoris est le nom d’une auto.

Une critique du web et de la presse

On constate derrière le Gorafi (mais c’est également vrai pour d’autres sites parodiques), que la parodie mène à plusieurs pistes de réflexion. En effet, on constate que derrière la simple volonté de distraire qui devrait naturellement être le moteur d’un site parodique, on retrouve quelques lacunes de la société moderne.

Les réactions sur le web sont souvent prises sur le vif et il n’est pas rare de voir l’internaute moyen réagir sans chercher à prendre du recul sur l’information qui lui est donnée. Cela donne des réactions folles qui peuvent aller jusqu’à des extrêmes incroyables. Concernant l’histoire du pain au chocolat, parmi les réactions drôles d’internautes ayant saisi la portée parodique, on trouve des perles qui analysent la montée de la violence et autres lieux communs qui font que les actualités du web tournent souvent au bistrot du coin, l’anonymat en plus.

Mais les nombreuses reprises par la presse doivent aussi inquiéter : le fait qu’un rédacteur professionnel reprenne à son compte une information farfelue sans vérifier les sources inquiète sur la qualité de l’information actuelle. Que l’internaute soit crédule est une chose mais que celui qui lui donne l’information le soit tout autant est plus inquiétant.

Vous connaissez sûrement déjà l’adresse mais au cas où, voilà de quoi rigoler un peu : http://www.legorafi.fr/