Les démarches d’une reconversion professionnelle...

La reconversion professionnelle est depuis un certain temps devenue une monnaie courante. Elle exige un processus en plusieurs étapes. Les étapes de la reconversion professionnelle Pour réussir à transformer sa vie professionnelle, il est primordial de suivre un processus. Il est d’abord nécessaire de faire le point des raisons de sa reconversion et de ses aspirations, en prenant le temps de bien les identifier. Il est conseillé de se renseigner sur les réalités du marché de l’emploi du domaine envisagé ainsi que les différentes formations. Le plus facile est de collecter les données auprès de la CCI du département, des employeurs du secteur, de Pôle Emploi, d’une organisation syndicale ou du Fongecif. Il est conseillé d’échanger avec les acteurs du secteur envisagé. Le mieux serait de faire une immersion de deux jours pour prendre connaissance des réalités du domaine. Préparer et suivre un plan d’actions permet de mieux planifier les démarches à mener pour que le projet de reconversion professionnelle adulte ne tombe pas à l’eau.     La particularité de la reconversion d’un salarié Une formation peut s’avérer indispensable. Des organismes proposent des formations professionnelles pour adultes, diplômantes ou qualifiantes. C’est le cas, par exemple de cesi-entreprises.fr. Pour se dégager du temps, le salarié va pouvoir demander à son employeur un Congé Individuel de Formation. Cela assure la suspension du contrat de travail pour bénéficier d’une formation donnée. Il est possible de passer aussi par le Compte Personnel de Formation. Le salarié peut exiger de la part de son employeur une période de professionnalisation. Ce laps de temps lui permet de bénéficier d’une qualification aux frais de l’OPCA. La Validation des Acquis de l’Expérience est également une option pour réussir sa reconversion. Le salarié peut profiter de son Compte Épargne Temps ou d’une...

Quels sont les critères à ne pas négliger dans le choix de son hébergement ?...

Selon la taille de votre site web, sa nature (commercial, informatif, e-boutique…) et son contenu, vous serez amené(e) à porter une attention particulière sur le choix de votre hébergement. Comment bien faire son choix ? Suivez le guide ! Rappel: les différents types d’hébergement. Trois types d’hébergements web existent: – L’hébergement (ou serveur) dédié: entièrement à votre disposition, tout l’espace de stockage est à vous, mais nécessite de solides connaissances en maintenance informatique. – L’hébergement mutualisé: vous disposez d’un espace de stockage plus ou moins important (selon l’offre à laquelle vous aurez souscrit au préalable) sur un serveur partagé entre plusieurs gestionnaires et propriétaires de sites. – L’hébergement VPS (Virtual Private Server): son utilisation et sa maintenance sont les mêmes que pour un serveur dédié, mais il est partagé comme un serveur mutualisé, à la différence près que le partage se fait de manière équitable entre les différent(e)s utilisateurs et utilisatrices. Quels sont les critères à prendre en compte ? Plusieurs critères sont à prendre en compte lorsque vous vous apprêtez à confier l’hébergement de votre site: – La nature de votre site web. Si votre site est un site de partage de vidéos, il vous faudra une offre qui vous permet une grande capacité de stockage. Un serveur dédié pourrait-être la solution, surtout si votre site génère un fort trafic. – La taille de votre entreprise. Si vous êtes le webmaster d’une grosse entreprise, il vous faudra opter pour un serveur dédié, alors que si vous possédez une entreprise qui vient de démarrer, il serait plus prudent budgétairement parlant, d’opter pour un hébergement mutualisé que vous pourrez moduler si besoin. – Vos compétences informatiques. Pour gérer et administrer un site internet, il faut avoir des connaissances dans le domaine. Si vos compétences sont...

Les 3 avantages du social listening Déc18

Les 3 avantages du social listening...

Le social listening permet à une entreprise ou une marque d’être à l’écoute des internautes sur les réseaux et médias sociaux. Le but est d’extraire, puis de qualifier les informations pertinentes afin de les exploiter. Avoir une plateforme de social listening peut être très avantageux pour les acteurs B2B. Identifier ce que les internautes recherchent Le social listening vous aide à réaliser des études de marché sur les médias sociaux. Cette pratique permet de recueillir les échanges et les impressions des internautes sur vos produits et services. Les informations obtenues peuvent être catégorisées pour définir les besoins de la clientèle selon l’audience. Le social listening se montre aussi efficace pour appréhender les tendances à condition d’avoir une plateforme capable de notifier les changements majeurs dans vos data. En grosso modo, le social listening permet d’identifier les besoins des internautes en temps réel.     Booster vos chiffres d’affaires            Permettant de répondre aux demandes des clients, le social listening vous aide à élargir vos activités et booster vos chiffres d’affaires. À l’aide d’un bon outil, vous serez en mesure de faire une veille concurrentielle efficace et créer des opportunités de vente en utilisant les informations obtenues. Une plateforme de social listening permet de générer des leads et d’identifier les influenceurs en restant à l’écoute des besoins des internautes sur les réseaux sociaux. Satisfaire votre clientèle Le social listening vous permet de rester à l’écoute de votre clientèle et de les répondre efficacement et rapidement. Grâce à un outil performant, vous recevrez des notifications dès qu’un internaute parle de vous. Une plateforme de social listening vous aidera également à mieux définir le profil de vos clients : les canaux qu’ils utilisent, leur présence en ligne… En disposant des feedback sur vos produits ou services, vous pourrez les...

Quel est le programme d’un bac +4 « Management de la Responsabilité Sociétale » ?...

L’AFPI (Pôle Formation des Industries Technologiques) de la Loire est un centre dispensant des formations réalisables dans le cadre de la formation continue ou de l’alternance, en contrat de professionnalisation. Une formation de manager de la responsabilité sociétale y est donnée, pour permettre aux entreprises d’engager de futur(e)s collaborateurs/trices ayant reçu un apprentissage calqué sur la réalité du terrain. Quel est le programme de cette formation ? Quelles sont les conditions d’entrées ? Pour quel débouché ? Pour y voir plus clair, lisez la suite ! Manager de la responsabilité sociétale, oui, mais quel programme d’études ? Au cours de votre cursus scolaire, vous serez amené(e) à travailler sur les thèmes suivants : – Pratiques managériales, regroupant à la fois la communication interne et externe, l’étude des acteurs du développement durable ou ses enjeux. – Les approches transversales, pour la logistique, le transport, le stockage, ainsi que l’écoconception ou la politique d’achat. – Les performances économiques, pour observer les relations commerciales ainsi que les risques économiques, les coûts et les investissements ou encore la rentabilité et le partage de la valeur ajoutée. – La responsabilité sociétale, pour les relations sociales au travail, entre les employés et la direction, en incluant les règles d’hygiène, de santé et de sécurité, entre autres. – La responsabilité environnementale, pour analyser et maîtriser tous les aspects environnementaux du développement économique d’une entreprise, comme la gestion des déchets, ou encore la réduction de l’impact de l’activité professionnelle sur la biodiversité. – L’Europe, par l’apprentissage de l’Anglais et en apprenant plus sur les entreprises Européennes, la concurrence, ainsi que l’Europe elle-même. Quelles conditions sont requises pour entrer à l’AFPI ? Dans le cadre d’une VAE, ou avec minimum un BAC+2, et ce, en toutes spécialités, vous pouvez prétendre à une entrée...

Le prêt 1% employeur...

En tant que salarié d’une entreprise privée, vous pouvez bénéficier d’un prêt immobilier à très faible taux. En effet, grâce à votre contrat à durée indéterminée, vous pouvez profiter du prêt 1% employeur qui est aussi appelé 1 % patronal. Cette solution vous permet de devenir propriétaire ou d’effectuer quelques travaux d’aménagements chez vous. Qu’est-ce que le prêt 1% employeur ? Ce type de financement offre à ses acquéreurs la possibilité d’acheter un logement ancien ou d’investir dans le neuf. Vous pouvez aussi faire une demande de prêt pour réaliser des travaux dans votre résidence principale. Cette offre est très intéressante, car elle vous fera bénéficier d’un taux qui varie de 0 à 1%. La durée du remboursement peut aller de 5 à 20 ans selon la somme empruntée. Le coût du prêt accordé dépend de votre zone d’habitation. Par contre, le montant octroyé peut atteindre les 25 000 euros.     Les principales cibles du prêt 1% employeur Le prêt 1% patronal est dédié aux salariés des entreprises privées non agricoles qui comptent plus de 10 employés. Il peut être aussi octroyé aux individus en préretraite ou ceux qui sont à la retraite depuis moins de 5 ans. Le financement doit être utilisé pour l’achat ou l’aménagement de votre résidence principale. Seuls les primo accédants ont le droit au prêt 1% employeur. Cette dénomination regroupe les personnes qui n’ont jamais été propriétaires de leur habitation auparavant. Obtenez votre prêt 1% employeur avec Action logement Action logement est un groupe français qui œuvre dans le logement social. La structure accompagne et assiste les salariés du secteur privé dans leurs démarches pour l’acquisition d’un prêt immobilier. En contactant l’une de ses agences, de nombreuses solutions vous seront proposées. Des conseillers vous orienteront vers les offres qui sont adaptées...

Blocage des réseaux sociaux en entreprise : bonne ou mauvaise idée ?...

Beaucoup d’employeurs pensent que leurs employés utilisent les réseaux sociaux pour des fins plus ou moins personnelles. De ce fait, un grand nombre de chefs d’entreprise ont pris la décision de bloquer l’accès aux réseaux sociaux, de peur qu’ils nuisent à la productivité de leurs salariés. Un frein à la productivité des employés La plupart des entreprises qui ont décidé de bloquer l’accès aux réseaux sociaux (comme : Facebook, Twitter, Instagraùm, etc.) ont affirmé que leurs employés passaient la majorité de leurs temps sur ces réseaux pour des raisons personnelles, au lieu de faire leur travail. De ce fait, les dirigeants de ces entreprises pensent que les réseaux sociaux freinent la productivité de leurs salariés et cela a des répercussions plus ou moins négatives sur les activités des employés et de la société.   Une source de fuite de données La plupart des sociétés qui bloquent et/ou limitent les accès aux réseaux sociaux le font, non seulement pour éviter le déclin de la productivité de leurs salariés, mais elles le font également par simple mesure de sécurité informatique. En effet, avec tous les outils et les connaissances en informatiques des employés, la plupart des chefs d’entreprise ne se sentent pas à l’abri des fuites d’informations. Ces dernières peuvent entraîner des conséquences graves et ternir l’image de la société. Un blocage inutile Avec l’évolution de la technologie et l’existence des Smartphones, bloquer l’accès aux réseaux sociaux au sein de votre entreprise n’est pas vraiment utile. Vos employés pourront toujours utiliser leurs réseaux mobiles pour surfer. Et à l’heure actuelle, l’accès aux réseaux sociaux est l’un des critères que les demandeurs d’emploi recherchent. Au lieu de bloquer l’accès aux réseaux sociaux, il serait peut-être plus judicieux d’appliquer une politique de conduite au sein de la société....